L’accouchement sous hypnose pour mieux contrôler la douleur

 téléchargement
De plus en plus de femmes choisissent d’accoucher sous hypnose afin de mieux contrôler la douleur, selon un constat du Centre Hospitalier universitaire Robert Debré à Paris. L’hypnothérapeute Lise Bartoli nous explique comment ça marche.

Comme par exemple l’accouchement dans l’eau, l’hypnose permet d’atténuer les douleurs liées aux contractions et à l’expulsion, et d’éviter ainsi la péridurale. Elle participe donc pleinement à la tendance de l’accouchement naturel, par opposition à l’accouchement ultra-médicalisé de plus en plus critiqué.
Lise Bartoli est psychologue clinicienne et hypnothérapeute. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages, dont « Se libérer par l’hypnose, dix exercices d’autohypnose à tester pour aller mieux », chez Petite Bibliothèque Payot. Lise Bartoli a créé l’hypno-Natal, une méthode d’hypnose pour faciliter l’accouchement. Pour voir son site hypno-Natal.

Terrafemina : Comment l’hypnose agit-elle sur la douleur pendant l’accouchement ? Plus besoin donc ni de médicaments antidouleurs, ni de péridurale ?

Lise Bartoli : L’hypnose agit en modifiant notre perception et ce à différents niveaux. Tout d’abord, sur la sensation de contrôle. Cette perception subjective réduit déjà la douleur. En effet, les études sur la douleur témoignent que, plus on a l’impression de contrôler une situation, et moins on ressent de douleur. Ainsi apprendre des techniques hypnotiques pendant la grossesse permet à la future maman de se sentir prête à gérer la puissance des contractions le jour J et plutôt suggérer que les contractions sont des alliées qui aideront le bébé à venir au monde. L’hypnose agit ensuite sur la sensation de douleur. Ce n’est pas la puissance de la contraction que la future mère va gérer pendant l’accouchement (elle a besoin de cette puissance pour que son enfant naisse au plus vite) mais elle va influer sur la perception de cette douleur.

Tf : L’hypnose et l’autohypnose pendant l’accouchement : comment cela se passe-t-il concrètement ? Toute femme peut-elle pratiquer l’autohypnose ?

L.B. : Toutes les femmes peuvent  pratiquer l’autohypnose car l’hypnose ericksonienne est basée sur l’état amplifié de conscience, un état naturel que l’on expérimente plusieurs fois par jour sans s’en rendre compte. Toutefois pour parvenir à cet état “sur demande” la future maman doit s’entraîner régulièrement au fil de sa grossesse (à partir du 4ème ou 5ème mois). Plus elle pratique, et plus elle peut déclencher cet état rapidement. Pour les aider efficacement, j’ai créé des enregistrements audio. Cet entraînement n’a rien d’un “devoir” mais au contraire un plaisir car lors de ces plages d’autohypnose la future maman se relaxe, fabrique des endorphines (appelées aussi “hormones du plaisir” car elles sont actives dans tous les états de bien-être) et communique avec son bébé dans un cœur à cœur, une alliance affective qui continuera jusqu’au jour de la naissance et même bien après…

Tf : Se souvient-on de son accouchement ? Ne s’agit-il pas d’une perte de conscience et donc aussi de contrôle ?

L.B. : Contrairement à ce que beaucoup de personnes imaginent, l’hypnose ericksonienne n’est pas une perte de contrôle. Bien au contraire. Ce présupposé vient de tous ces spectacles d’hypnose où l’on voit des spectateurs faire les clowns sur scène et ne plus s’en souvenir. L’hypnose ericksonienne que l’on pratique en Hypnonatal  ou en thérapie n’est pas une perte de conscience du tout mais au contraire plus de conscience ! Non seulement on se souvient de tout (et heureusement car la naissance d un nouveau petit d’homme est tellement importante !) mais en plus on est en lien bien plus profondément avec ses vrais désirs, en accord conscient/inconscient et en lien permanent avec son bébé ! Selon moi, l’autohypnose est bien le seul moment où l’on contrôle vraiment…

Tf : Y a-t-il des contre-indications, voire des dangers ?

L.B. : Non car c’est un état naturel qui permet d’être en état modifié de conscience tout en étant en lien avec tout ce qui se passe à l’extérieur. Vous entendez très bien ce que l’équipe explique, vous pouvez communiquer avec elle tout naturellement sans même qu’elle sache que vous êtes en autohypnose ! Nombre de nouvelles mamans ayant accouché en autohypnose sans que l’équipe médicale soit au courant me disent que les sages femmes étaient particulièrement surprises par leur “zenitude”.

Tf : Ce sont des pratiques encore peu répandues en France par rapport à d’autres pays comme les Etats-Unis. Pourquoi ? Existe-t-il des réticences côté gouvernement et côté corps médical ?

L.B. : Les médecins, particulièrement les anesthésistes se forment de plus en plus à l’hypnose. Ce qui a jusque-là ralenti l’hypnose périnatale, ce sont surtout les peurs et les a priori négatifs qui sont reliés à l’hypnose ancienne.

Tf : Ce sont des pratiques encore peu répandues en France par rapport à d’autres pays comme les Etats-Unis. Pourquoi ? Existe-t-il des réticences côté gouvernement et côté corps médical ?

L.B. : Les médecins, particulièrement les anesthésistes se forment de plus en plus à l’hypnose. Ce qui a jusque-là ralenti l’hypnose périnatale, ce sont surtout les peurs et les a priori négatifs qui sont reliés à l’hypnose ancienne.

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s